[ Downloads ]   [ Home ]

 

Adrian le Roy

SECOND LIVRE DE GVITERRE

1555

 

12. C'est de la peine dure.

C'est de la peine dure,
Qu'amour m'a fait souffrir,
S'il ne vient sans demeure
A legement m'offrir,
Tu verras ma maistresse
En douleur & tristesse
Mon loyal cur mourir.

Si vn cur sans malice
Doit recompense auoir
De son loyal seruice,
L'amour l'en peult pouruoir,
De vostre bonne grace
Que si long temps pourchasse,
Et ne la puis auoir.

Nuict & iour suis en peine
Pour trouuer le moyen
Trouuer l'amour certaine
Pour venir ce bien,
Que si fort ie desire,
Et mon esprit martyre,
Mais trouuer n'en puis rien.

Vous auez la puissance,
Vous me pouuez guerir,
Veu mon obeissance
Me deuez secourir:
Vous estes ma maistresse,
Si me menez rudesse,
Vous me ferez mourir.








Vostre tant bonne grace
Me fait l'amour sentir
Du bien que ie pourchasse,
M'en pouuez garentir:
Or soyez donc humaine,
Ne vueillez donner peine
A qui vous veult seruir.

Si seruy i'ay vne,
Vous me deuez punir:
Aussi si le seruice
Doit du bien acquerir,
Me deuez faire grace
Du bien que ie pourchasse,
Sans me faire languir.

Vous serez Oriane,
Ie serai Amadis,
Ou bien donc l'Eriane,
Qui aima mieux mourir,
Que changer sa maistresse:
Combien que par destresse
D'amour l'aye fait mourir.     &c.

Close

Online text copyright ©, Harald Lillmeyer
www.harald-lillmeyer.kulturserver.de